Articles blog

La sophrologie, histoire et fondements

joshua-earle-ICE__bo2Vws-unsplash.jpg

 

Si l’on se réfère à la définition de son fondateur, le professeur Alfonso Caycedo, elle est « la science de la conscience et des valeurs de l’existence…. C’est une nouvelle profession clinique et prophylactique qui se spécialise dans la conquête des valeurs de l’existence ».

Bien que ces quelques mots résument bien la sophrologie, ils sont à mon sens un peu réducteurs car les champs d’application de la sophrologie sont vastes.

Regardons cela d’un peu plus près et reprenons un instant l’histoire de la sophrologie…

En 1960, Alfonso Caycedo, neurochirurgien spécialisé en psychiatrie, s’insurge des traitements administrés aux psychotiques (comas insuliniques, électrochocs…) et réfléchi à une autre méthode pour aider ses patients. Une méthode basée sur l’élargissement du champ de conscience c’est-à-dire qui permettrait à ses patients de se rapprocher, si possible, au plus près de la conscience ordinaire.

Ainsi il définit 3 types de consciences : la conscience pathologique (le patient est coupé de la réalité, sa conscience est altérée), la conscience ordinaire (celle du commun des mortels à savoir une conscience « filtrée » par nos croyances, nos conditionnements, notre vécu) et la conscience « sophronique » (conscience éveillée, libérée de ses chaînes que sont les croyances, les conditionnements et le vécu).

Il crée donc la sophrologie (étude de la conscience en harmonie) et s’inspire de différents courants....

L’hypnose : à cette époque l’hypnose est utilisée par les psychanalystes notamment dans les cas d’hystérie pour faire remonter à la conscience des contenus de l’inconscient qui ont été refoulés. On plonge le patient dans un état de conscience modifiée (de vigilance basse), c’est-à-dire entre la veille et le sommeil. C’est l’état de transition qui précède l’endormissement.

A Caycedo va se servir de cet état modifié de conscience pour travailler en sophrologie mais contrairement à l’hypnose, l’objectif n’est pas de faire émerger des contenus de l’inconscient qui ont été refoulés mais d’élargir le champ de la conscience. De plus la sophrologie est une discipline (je détaillerai plus loin….) qui s’inscrit dans le quotidien contrairement à l’hypnose qui est souvent une thérapie brève.

C’est grâce à cet état modifié de conscience que l’on atteint une détente physique et mentale, d’où le lien qui est souvent fait entre la sophrologie et la relaxation.

 

La phénoménologie :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La phénoménologie est un pilier fondamental de la sophrologie ; l’idée est de se libérer de nos filtres, de nos croyances et de ce qui apparaît à première vue dans une situation ou un phénomène. Ouvrir le champ de conscience, c’est regarder un phénomène en revenant à la chose même, sans juger, ni interpréter. C’est avoir un regard neutre comme celui d’un enfant qui observe pour la première fois quelque chose.

La phénoménologie permet aussi de faire varier les angles de vue sur une situation donnée ; c’est ce qu’on appelle la mise entre parenthèse ; plutôt que d’analyser une situation en donnant un seul diagnostic, on prend conscience de toutes les possibilités et donc de la nécessité de ne pas se fermer à une interprétation trop rapide.

métaphore_radar.jpg

Deux de ses mentors (Lopez et Binswanger) sont des fervents adeptes de la phénoménologie existentielle, et il s’appuie également sur la philosophie phénoménologique avec les « pères de la phénoménologie » que sont Hegel, Husserl, Heidegger, et Merleau-Ponty. Pour comprendre cette notion, précisons un instant ce qu’est la conscience….. Elle est ce qui apparaît dans l’expérience d’un individu à savoir, les sons, les odeurs, les couleurs mais aussi les perceptions corporelles, sensorielles, émotives etc…. Ces perceptions sont filtrées par les croyances, l’éducation, et l’idée que l’on se fait de l’objet ou du phénomène.

jason-strull-KQ0C6WtEGlo-unsplash.jpg
ben-white-qYanN54gIrI-unsplash.jpg

Les influences orientales : fort de ses voyages en orient, A Caycedo intègre dans ses techniques, la méditation et des postures de yoga alliant étirements et techniques de respiration.

La psychologie influence le travail du sophrologue notamment par les connaissances de bases et le travail d’écoute active, de reformulation et d’accompagnement du patient. En revanche, contrairement à la psychologie, la sophrologie ne cherche pas à travailler sur le passé et revenir sur l’enfance. Elle ne nie pas le passé et les impacts qu’il peut avoir sur la vie présente du patient. Mais elle cherche plutôt à tirer les enseignements du passé, et voir en quoi ce passé à fait de l’être ce qu’il est aujourd’hui. Peut-être les forces que le patient a pu en retirer. Et ainsi, réussisse à se projeter positivement dans le futur. 

La relaxation avec des techniques créée par Schultz, Jacobson et Vittoz et adaptées à la sophrologie.

La neurologie contemporaine : la plasticité neuronale démontre la capacité du cerveau de créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones et ses connexions synaptiques. La sophrologie permet de modifier les structures des connexions synaptiques et ainsi améliorer certaines capacités cognitives.

Fort de ces différentes influences, A Caycedo étudie ces techniques sur les patients puis, dans les années 1980, il étend la sophrologie à une profession sociale et prophylactique.

Abordons maintenant la notion d’un travail basé sur une approche globale de l’être avec les 3 structures...

Corps

Le corps, le mental, les émotions

Mental

Le corps, le mental, les émotions

Emotion

Le corps, le mental, les émotions

En occident on a souvent une approche qui sépare les notions de corporalité des notions affectives et mentales. La sophrologie est une pratique qui prend en compte les trois structures que sont le corps, le mental et les émotions.

Le postulat est que si l’une des 3 structures est trop présente par rapport aux autres, les deux autres structures seront mises de côté voir niées, et il en résulte un mal-être voir des maladies psychosomatiques (eczéma, psoriasis, cancer…).

L’idée est d’équilibrer les structures profondes de la conscience pour atteindre l’harmonie. En travaillant positivement sur l’une des trois structures, le positif se répercute sur les autres structures, c’est ce qu’on appelle le principe d’action positive.

Le Stress, c'est quoi?

Le stress, selon Hans SELYE est une réponse biologique, physiologique, cognitive et émotionnelle de l’organisme à toute demande qui lui est faite dans une finalité d’adaptation.

Le stress est donc là pour nous indiquer qu’il se passe quelque chose à l’extérieur et en quelque sorte nous permet de réagir. C’est lorsque le stress dure que cela se complique.

On distingue 3 phases :

1) La phase d’alarme : ensemble des réponses de l’organisme à une perturbation soudaine (la noradrénaline est libérée, les glandes surrénales produisent l’adrénaline ce qui a des effets positifs puisque cela nous permet de réagir).

 

2) La phase de résistance : ensemble des réponses mises en place dans le cas où la perturbation perdurerait (les structures limbiques activent l’axe HHS, l’hypothalamus fabrique la corticolibérine, puis agit sur l’hypophyse qui produit la corticostimuline,  qui elle-même agit sur les glandes surrénales qui produisent le cortisol. Une boucle de rétrocontrôle se met en place pour « doser » la production de ces neurotransmetteurs).

 

3) La phase d’épuisement : elle intervient quand le corps n’est plus capable de s’adapter. Il n’y a plus de boucle de rétrocontrôle, la machine s’emballe, l’hypothalamus, l’hypophyse et les glandes surrénales produisent à la chaîne sans s’arrêter, cela produit des effets négatifs sur le corps. (eczéma, douleurs, fatigue, nervosité....)

C’est pourquoi la sophrologie est une grande alliée pour récupérer après ou pendant une période de stress : conscience et écoute du corps, capacité de détente, prise de recul, récupération, stimulation, gestion des émotions désagréables etc….

 

 

Quant aux émotions, elles ponctuent notre quotidien. Qu'elles soit agréables ou pas, elles nous délivrent un message sur ce qui est vécu comme une chance, ou au contraire une menace de notre intégrité.

 

Mon rôle est de vous accompagner à comprendre les mécanismes en jeux dans les situations de stress, de vous aider à analyser vos comportements et de les adapter si besoin.

EFT

points-de-sequences.png

                  

Il s'agit d'une technique de libération des blocages émotionnels, qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années, pour aider les personnes phobiques, pour soulager voir supprimer des symptômes psychosomatiques, pour aider à traverser des épreuves etc .... (cf site internet officiel de Gary Craig, fondateur de l'EFT : www.official-eft.com)

Pour Gary Craig, la cause de toute émotion négative est une perturbation dans le système énergétique du corps. Cela signifie que les évènements passés, les expériences qui nous ont choquées provoquent des "noeuds" dans le corps bloquant le passage des énergies. Et tant que l'on ne débloque ces noeuds, on peut être sujet à des émotions désagréables récurrentes (peur, colère..) et à des situations récidivantes d'échecs.

La technique consiste à évoquer la situation anxiogène et les sensations désagréables en détail, en traitant chaque aspect négatif tout en procédant à une pression sur les méridiens correspondants à des points d'acupuncture. Au fur et à mesure que l'on évacue le négatif, les noeuds se dénouent et on pourra ensuite reconditionner nos structures profondes grâce au "recadrage" afin de les reconstruire positivement et durablement.

Attention, dans le cas de traumatismes importants, l'EFT peut vous aider et apporter des améliorations significatives mais cela peut prendre plus de temps et peut nécessiter un accompagnement en sophrologie ou avec un autre professionnel.

En aucun cas l'EFT ne substitue un traitement médical, aussi, la modification d'un traitement ou l'annulation d'une prise de médicament ne devra être envisagée qu'avec votre médecin traitant.